ACCORD DE MOBILITÉ : ACCORD DE MERDE !

ACCORD DE MOBILITÉ VERS AIR FRANCE

Le FUC ne l’a PAS signé 

On vous rappelle pourquoi :

NON, on ne voulait pas de sélection pour nos PNT de HOP! qui effectuent déjà des vols AF, avec la clientèle AF, aux méthodes AF, supervisés par AF

NON, on ne voulait pas qu’on nous traite comme des moins que rien, que notre ancienneté ne soit pas valorisée, notre engagement oublié, notre expertise ignorée

 

AUJOURD’HUI, ON APPREND QUE CET ACCORD,

AVEC SI PEU OBTENU POUR NOS PNT EN PARTANCE POUR AF

NE SERA MÊME PAS RESPECTÉ !!!

PNT DE HOP!

VOUS NE PARTIREZ PAS DE SITÔT

ON A BESOIN DE VOUS

POUR VOLER CHEZ HOP!

 

UN PDV- PSE POUR QUOI AU FINAL ???

La cible prévue en départs volontaires

est loin d’être atteinte,

alors pourquoi bloquer les départs vers AF ?

 

Pass sanitaire : tour de vis sur les voyages en avion entre autres

À partir de début août en France, le pass sanitaire s’appliquera aux voyages en avion : seules les personnes vaccinées ou testées négatives seront autorisées à embarquer – clients, usagers ou salariés. Un couvre-feu est d’autre part instauré en Martinique et à La Réunion, toujours dans l’espoir de maitriser la pandémie de Covid-19.

Lors de l’allocution le 12 juillet 2021 du Président Emmanuel Macron, de nouvelles mesures concernant les voyages en avion ont été annoncées, dans le cadre de mesures plus vastes destinées à encourager les Français à se faire vacciner face à la recrudescence de la crise sanitaire, principalement liée au variant Delta. Dans les aéroports, l’embarquement se fera dès le mois prochain sous condition de pass sanitaire présentant la preuve de la vaccination ou d’un résultat négatif au test de dépistage. Le Président a précisé que cela s’appliquera (y compris en train ou en car long trajet) à tous – passagers donc, mais aussi salariés – ce qui devrait donc inclure le personnel navigant. Pour les étrangers qui arrivent en France, l’exigence sera la même : les passagers non vaccinés venant de pays à risque seront contraints à l’isolement.

L’état d’urgence sanitaire a d’autre part été annoncé par le Président avec effet dès ce mardi pour la Martinique et La Réunion où le taux d’incidence est très supérieur à la moyenne nationale, avec mise en place d’un couvre-feu. Il a évoqué pour les deux territoires d’Outre-mer un taux de vaccination « très insuffisant » et un système hospitalier « sous forte pression ».

« Partout, nous aurons la même démarche : reconnaître le civisme et faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous », a expliqué Emmanuel Macron hier : « nous allons étendre au maximum le pass sanitaire pour pousser le maximum d’entre vous à aller vous faire vacciner ». Un geste qui devient obligatoire pour tous ceux en contact avec des personnes malades ou fragiles, qu’ils soient membre du corps médical ou pas (contrôles et sanctions débuteront le 15 septembre), la menace d’une obligation pour tous restant suspendue. Et dès le 21 juillet, le pass sanitaire sera de rigueur pour les établissements culturels ou de loisirs accueillant plus de 50 personnes ; restaurants, cafés, centres commerciaux et établissements médicaux connaitront le même sort à compter de début aout.

Les tests de dépistage ne sont déjà plus gratuits dans les aéroports pour les non-affiliés au système social français, mais le ministre des transports précisait hier qu’ils le restent pour les Français de l’étranger. Ils deviendront payants pour tous à l’automne, sauf prescription, encore une fois afin de pousser les Français à se faire vacciner ; sans précision à ce jour sur l’obligation faite aux passagers aériens vers certains pays d’en présenter un.

L’intervention d’Emmanuel Macron semble en tout cas avoir eu un effet immédiat : le site de réservation Doctolib pour les vaccinations était surchargé hier soir.