Le rachat des parts de Bombardier va obliger Airbus à assumer seul la totalité des pertes et des investissements complémentaires jusqu’au point d’équilibre du programme, qui n’est pas attendu avant le milieu de la prochaine décennie. L’avionneur va également devoir assumer les risques liés à la montée en cadence et aux problèmes de moteurs…

You must be logged in to post a comment.