Un coin du voile se lève sur le film…

on-strike-sign1

“Effacement quasi complet de la marque Air France à Orly, au profit de Hop! Toutefois, les personnels d’Air France et les A320 placés sous la houlette de Lionel Guérin conserveront leur statut Air France. Ce n’est donc pas un problème pour le SNPL”
“Pour le SNPL, les pilotes de Transavia, comme tous ceux aux commandes d’un avion de plus de 100 places, doivent être des pilotes d’Air France”
Le bras de fer semble plutôt être du côté de Transavia, en effet l’enjeu est l’accès aux postes de pilotage des avions de plus de 100 places!
Pour le moment pour ce qui est du Hop pas d’inquiétude puisque sous le pavillon Hop il y a trois compagnie opérationnelles, donc une compagnie de plus avec cette fois les conditions de travail et les salaires AF, les PNT de Régional vont pouvoir “saliver” longtemps, l’affaire est pour le moment bien verrouillée par le Snpl.
En ce qui concerne Transavia l’affaire est plus compliquée, en effet la flotte de la filiale AF est constituée de 737/800, les pilotes AF devront donc passer la qualification ( avec les coûts que cela implique..) et surtout il ne faut pas oublier que Transavia est une “lowcost”, il est donc inimaginable que les pilotes d’AF s’installent dans les postes des Boeing avec leurs salaires et leurs conditions de travail, les coûts d’exploitation deviendraient prohibitifs, la lowcost ne seraient plus compétitive…

Air France va regrouper une partie de son activité avec Hop

090918internet-journaux-media-ordi_8“A compter du 8 septembre 2014, Lionel Guérin, actuel PDG de HOP, est nommé chef de projet en charge de la définition détaillée et de la mise en place de cette nouvelle unité regroupant l’ensemble de l’activité point-à-point du groupe Air France”

“Les pilotes d’Air France réfutent l’idée d’aller piloter chez Transavia aux conditions de cette dernière.”

le SNPL interpelle Juniac sur la stratégie anti-low-cost

PresseTROP FORT!

” Jean-Louis Barber, le président du SNPL Air France explique les mesures qu’il faudrait mettre en oeuvre pour résister aux compagnies à bas coûts.”

Il faut oser écrire cela! le président du Snpl oublie qu’il a participé activement à la mise en place des “bases province”, l’argument, à l’époque était justement de contrer les lowcosts!

Les conséquences de la mise en place des “bases provinces” a été une catastrophe sociale et financière pour Régional mais, pas seulement, les “bases province” est un concept aussi fumeux que défaillant puisque cela engendre une perte de plusieurs centaines de millions d’ euros par an à AF.

Le Snpl toujours à la pointe …de ses petits intérêts!